GAFAM Vs. GAIA–X : Un combat perdu d’avance?

Temps de lecture : 3 minutes

Durant la crise sanitaire, nombreux sont les milléniaux qui ont vu leur consommation d’écrans dépasser la moyenne des 3 heures par jour pour atteindre 6 voire 7 heures de temps d’écran sur leurs smartphones. Entre Facebook, Instagram, Whatsapp… les streams Youtube défilent de plus en plus vite sur les compteurs et les livraisons Amazon sont devenues incontournables dans les foyers américains : même en temps de pandémie, les GAFAM continuent leur fulgurante ascension, et leur rôle central en temps de crise semble avoir adouci les mœurs de leurs détracteurs, de quoi faire froncer les sourcils des gouvernements européens.

En bourse, cela se traduit par des performances assez époustouflantes : depuis janvier, Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ont accumulé plus de 1000 milliards de dollars et ont à elles cinq à ce jour dépassé la barre des 6000 milliards, c’est à dire plus que la somme des capitalisations des bourses française, allemande et italienne, et plus de 50{f3a680ad7c179e5006d403610e433c0a3b8270d8246e64cab3c8f09e09c04086} du Nasdaq qui bat des records dopé par les GAFAM alors même que les marchés américains sont en baisse. Plus qu’utiles, les grandes entreprises du numérique se sont avérées indispensables pour palier la raréfaction des commerces, la fermeture des frontières et la restriction des déplacements, certains allant jusqu’à assimiler les services de Google ou Amazon à des services publics

Gouvernements européens : la lutte pour la régulation

Si les GAFAM semblent avoir racheté leurs pêchés auprès de l’opinion et les accusations portées contre celles-ci s’estomper, les gouvernements européens ne baissent pas la garde – bien que le sujet de la taxe GAFA soit momentanément en arrière-plan – et continuent de réitérer les différents points de leurs promesses à ce sujet : taxer à hauteur de 3{f3a680ad7c179e5006d403610e433c0a3b8270d8246e64cab3c8f09e09c04086} du chiffre d’affaire réalisé en France les entreprises qui réalisent un volume de vente de 750 millions d’euros sur leurs activités numériques dans le monde et plus de 25 millions en France. Ces entreprises sont aujourd’hui au nombre de 27.

Ce projet de taxation des services numériques aurait déjà rapporté 350 millions d’euros à l’état français selon Bruno Le Maire, qu’il juge en ce contexte “plus pertinente que jamais”, même si l’efficacité d’une telle mesure continue à faire débat.

GAÏA-X, infrastructure de la donnée européenne

Au delà de la taxation, une réelle volonté de contrer la domination technologique américaine mûrit depuis plusieurs années en Europe, sans réel succès. Mais les européens lancent un nouveau pari, celui de Gaïa-X, le projet d’un cloud numérique qui se veut faire de l’ombre à Google Drive, Amazon drive et Microsoft OneDrive. Cet ecosystème numérique européen” qui a vu le jour début juin serait destiné à un avenir prometteur puisqu’une demande croissante se crée au sein des entreprises européennes qui désirent retirer leurs données des clouds de la Silicon Valley, inquiètes pour la souveraineté et la sécurité de leurs données, et ont émis le souhait de voir émerger une offre européenne. 

65{f3a680ad7c179e5006d403610e433c0a3b8270d8246e64cab3c8f09e09c04086} des données européennes sont chez les GAFAM et 95{f3a680ad7c179e5006d403610e433c0a3b8270d8246e64cab3c8f09e09c04086} des entreprises européennes sont en train de mettre en place des projets de migration dans le cloud (…). Ainsi, on voit bien que le potentiel est devant nous”
Servane Augier, directrice générale déléguée 3DS Outscale.

Eric Schmidt, ancien PDG de google appelle à être “un peu reconnaissant” envers les big techs sans lesquelles, dit-il, la réalité de cette pandémie serait tout autre. Et l’on ne peut que l’admettre individuellement; télétravail, suivi pédagogique en ligne, réunions familiales à distance sont autant de choses possibles grâce aux GAFAM, mais pas seulement, puisque certaines entreprises réussissent à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de Zoom, une plateforme californienne née en 2011 et proclamée comme la grande vedette de ce confinement, comptabilisant 300 millions d’utilisateurs par jours et 59 millions de dollars de capitalisation. Pourquoi Zoom plutôt que Skype ou Microsoft Teams ? “Une utilisation ludique à base d’outils amusants” déclarent les utilisateurs. 

Une capacité de création d’emplois et d’investissements qui refroidit les tentatives de régulation

Alors qu’elle refusait catégoriquement qu’Amazon investisse dans Deliveroo, le Royaume Uni a finalement accepté de revenir sur cette décision pour sauver l’entreprise britannique.

A l’heure où l’on fantasme un “monde d’après” où les disparités se resserreraient et où la consommation freinerait, la capacité de s’élever contre les GAFAM reste encore limitée en Europe, et ces entreprises sont fortes de leur capacité à générer de l’emplois, ce qui est précieux alors même que l’on tente de relancer l’économie.

 

Loading spinner
Sujets:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.